Il y a quelques jours, j’ai pu prendre conscience de tout ce que la religion produisait de pire à l’heure actuelle grâce à Yasmina Khadra et à son inquiétant Khalil. Désormais je sais ce qu’elle a pu produire de pire par le passé grâce à Sandor Marai et à son terrifiant La nuit du bûcher.

La nuit du bûcher de Sandor Marai (éditions Le livre de poche)

La nuit du bûcher de Sandor Marai (éditions Le livre de poche)

Je n’étais pourtant pas totalement ignorante des ignominies de l’Inquisition avant de me lancer dans la lecture de ce roman. J’avais visité le musée de l’inquisition à Carcassonne il y a quelques années, j’en étais ressortie abasourdie et choquée.

Mais de découvrir à travers ce roman les schémas de pensée de ces fanatiques religieux si peu sûrs du bien fondé de leurs propres croyances qu’ils se sentent obligés de massacrer des supposés hérétiques afin que ceux-ci ne mettent pas à mal leur dogme, il y a là un nouveau pas de franchi dans ce que l’humanité a pu engendrer de pire dans son histoire.

Parce que, comme l’explique si bien le personnage central de ce récit, le carme d’Avila rendu à Rome pour prendre des cours de torture (pardon, d’Inquisition), il ne s’agit pas uniquement d’éradiquer des impies mais de leur faire vivre les pires supplices pour assouvir un appétit démoniaque (pardon, pour sauver leur âme).

Ils ne s’encombraient pas de questions théologiques et ils ne connaissaient qu’une obligation : croire, croire les yeux fermés et accomplir tout ce qui pouvait aider l’Inquisition à éradiquer la vermine du troupeau des croyants.

Après avoir lu des romans comme ceux-là, j’ai bien du mal à trouver une circonstance atténuante aux religions de toutes sortes mais heureusement pour moi, je peux aujourd’hui le dire haut et fort sans risquer de finir sur le bûcher.


L’ESSENTIEL

Couverture de La nuit du bûcher de Sandor Marai

Couverture de La nuit du bûcher de Sandor Marai

La nuit du bûcher
Sandor MARAI
Editions Albin Michel pour le GF et Le livre de poche
Sorti le 28/10/2015 en GF et le 15/03/2017 en poche
288 pages

Genre : roman historique
Personnages : un carme d’Avila, les inquisiteurs romains, l’hérétique condamné Giordano Bruno
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤❤
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : sur les fanatiques religieux vous pouvez lire Khalil de Yasmina Khadra ou Sur ordre de Dieu de Jon Krakauer

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Rome, 1598. L’Inquisition sévit contre les hérétiques. Enfermés, torturés, ces derniers reçoivent à la veille de leur exécution la visite d’inquisiteurs pour les inciter à se repentir. Venu prendre des « leçons d’Inquisition », un carme d’Avila demande à suivre la dernière nuit d’un condamné. On lui accorde. L’hérétique, qui résiste depuis sept ans, s’appelle Giordano Bruno. L’Espagnol assiste aux dernières exhortations, vaines, des inquisiteurs, puis accompagne au petit matin le prisonnier au bûcher. Saisi par la violence de cette expérience, il voit toutes ses certitudes vaciller… Nourri de l’expérience de la guerre, du fascisme, et du stalinisme qui poussera Márai à l’exil, ce roman, écrit en 1974, expose le regard lucide d’un homme sur l’idéologie totalitaire, conçue pour broyer la volonté et la dignité humaines.

Un passionnant récit. Alexis Liebaert, Le Magazine littéraire.

Une histoire d’une poignante modernité. Eric de Bellefroid, La Libre Belgique.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire La nuit du bûcher

  1. Si vous aimez Sandor Marai ou désirez découvrir ce grand écrivain hongrois
  2. Si vous souhaitez en savoir plus sur la période tragique de l’Inquisition
  3. Si vous aimez plus largement les romans historiques

3 raisons de ne pas lire La nuit du bûcher

  1. Si vous avez du mal à soutenir les descriptions d’atrocités perpétrées par des fanatiques
  2. Si pour vous l’Inquisition c’est le Moyen Age 😉
  3. Si vous avez du mal avec les plumes « classiques »
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *