Les petits de Décembre est l’un des 4 finalistes du Prix Landerneau des Lecteurs 2019. Construit comme un conte ayant l’étoffe d’une légende urbaine, ce roman puise pourtant son essence dans des faits qui se sont réellement déroulés dans la cité du 11 décembre 1960 à Dély-Ibrahim près d’Alger.

Les petits de Décembre de Kaouther Adimi (éditions Seuil)

Les petits de Décembre de Kaouther Adimi (éditions Seuil)

Tout commence en février 2016 sous une pluie battante. Des gamins jouent au foot sur le terrain vague de la cité, sous le regard bienveillant des riverains. Ce terrain, ça fait longtemps que les gosses du quartier se le sont appropriés. Il appartient à la communauté, c’est tout du moins ce qu’ils croyaient jusqu’à ce que deux généraux débarquent plans à la main pour lancer le chantier de construction de leurs villas. Ils le peuvent, ils en ont le droit puisque ce terrain ils l’ont payé, enfin c’est ce que les papiers disent.

N’importe quel adulte le comprendrait mais allez raconter ça à un enfant qui voit en ces hommes des ennemis prêts à le spolier du seul bien auquel il est viscéralement attaché. Impossible ! Une telle trahison ne peut rester impunie et c’est à coup de caillasses que les hauts gradés sont chassés de chez eux par une bande de guerriers en herbe prêts à en découdre pour protéger leur eldorado. L’état de siège est décrété, la résistance s’organise, elle a dix ans de moyenne d’âge…

– Si on intervenait pour embarquer des mômes et une vieille dame qui a subi la torture des Français, qui a œuvré à l’indépendance du pays, les gens viendraient eux-mêmes arracher les portes des prisons pour les libérer. Et ils nous mettraient vous et moi dedans à leur place.
– Je n’y crois pas. Les Algériens font ce qu’on leur dit de faire et ils ne sortent plus dans la rue depuis bien longtemps. Ils ne s’intéressent qu’au cours de l’euro et à leurs réseaux sociaux. Laissez-leur Internet, ça suffira à les occuper.

Face à la candeur des enfants persuadés qu’il suffit de se battre pour ses convictions pour l’emporter, l’auteure oppose la peur des adultes conscients des risques encourus par un tel soulèvement. Car nous sommes en Algérie, il ne faut pas l’oublier. Aucun adulte ne peut l’oublier mais les enfants, eux, n’ont pas conscience de la folie de leur action.

Inutile d’en dire plus pour voir les thèmes de ce livre émerger et pour se dire que quand même, il fait drôlement écho à ce qui se passe en ce moment avec cette jeune fille qui a l’outrecuidance de bousculer nos puissants.

Un roman d’une beauté presque innocente dans sa forme mais loin d’être naïve dans le fond.

Les petits de Décembre fait partie des 4 finalistes du Prix Landerneau des lecteurs 2019.


L’ESSENTIEL

Les petits de Décembre de Kaouther Adimi

Les petits de Décembre de Kaouther Adimi

Les petits de Décembre
Kaouther ADIMI
Editions Seuil
Sorti le 14/08/2019 en GF 
256 pages 


Genre : roman contemporain, roman social
Personnages : Inès, Mahdi, Jamyl et leurs copains, les généraux Saïd et Athmane
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤❤
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : Une famille très française de Maëlle Guillaud, Sa majesté des mouches de William Golding,  La ferme des animaux de George Orwell

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

C’est un terrain vague, au milieu d’un lotissement de maisons pour l’essentiel réservées à des militaires. Au fil des ans, les enfants du quartier en ont fait leur fief. Ils y jouent au football, la tête pleine de leurs rêves de gloire. Nous sommes en 2016, à Dely Brahim, une petite commune de l’ouest d’Alger, dans la cité dite du 11-Décembre. La vie est harmonieuse, malgré les jours de pluie qui transforment le terrain en surface boueuse, à peine praticable. Mais tout se dérègle quand deux généraux débarquent un matin, plans de construction à la main. Ils veulent venir s’installer là, dans de belles villas déjà dessinées. La parcelle leur appartient. C’est du moins ce que disent des papiers  » officiels « .

Avec l’innocence de leurs convictions et la certitude de leurs droits, les enfants s’en prennent directement aux deux généraux, qu’ils molestent. Bientôt, une résistance s’organise, menée par Inès, Jamyl et Mahdi.

Au contraire des parents, craintifs et résignés, cette jeunesse s’insurge et refuse de plier. La tension monte, et la machine du régime se grippe.

A travers l’histoire d’un terrain vague, Kaouther Adimi explore la société algérienne d’aujourd’hui, avec ses duperies, sa corruption, ses abus de pouvoir, mais aussi ses espérances.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Les petits de Décembre

  1. Pour vous confronter à l’Algérie d’aujourd’hui
  2. Parce que cette histoire part de faits réels et qu’elle nous interroge sur la société que nous voulons
  3. Parce que ce roman trouve écho dans notre actualité avec Greta Thunberg

3 raisons de ne pas lire Les petits de Décembre

  1. Si une écriture légèrement enfantine peut vous bloquer
  2. Parce que la chute est un peu abrupte et décevante
  3. Parce qu’on aurait aimé un roman plus dense, plus fouillé (la matière étant tellement passionnante)
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *