Je n’avais pas encore pris le temps d’annoncer ici la bonne nouvelle : ma candidature a été retenue pour intégrer Le prix des lecteurs 2021 dans la catégorie littérature. Ce prix, organisé chaque année par les éditions Le livre de poche met en lumière 21 titres sortis dans l’année dans cette catégorie. Charge au jury de 130 lecteurs de déterminer lequel parmi les 21 titres lus méritera le Prix. En attendant voici la première sélection…

La sélection de février du Prix des lecteurs 2021

La sélection de février du Prix des lecteurs 2021

Comme je vous le disais en introduction, nous allons avoir à lire 21 romans sortis chez Le livre de poche cette année. Chaque mois, de février à août nous allons lire 3 titres puis voter pour notre préféré. A la fin, il ne restera plus qu’à départager 7 titres et voter pour notre préférer.

On commence aujourd’hui avec la première sélection, celle de février. Pour chaque titre en compétition, je vous mets le résumé de la quatrième de couverture. Bien évidemment chaque titre sera chroniqué comme mes lectures habituelles. Je vous donnerai également les résultats des votes au fur et à mesure.

1. Rhapsodie des oubliés de Sofia AOUINE

Sorti en grand format le 29 août 2019 aux éditions de la Martinière et en poche le 19 août 2020

Résumé :

« Ma rue raconte l’histoire du monde avec une odeur de poubelles. Elle s’appelle rue Léon, un nom de bon Français avec que des métèques et des visages bruns dedans. »

Abad, treize ans, vit dans le quartier de Barbès, la Goutte d’Or, Paris XVIIIe. C’est l’âge des possibles : la sève coule, le cœur est plein de ronces, les sentiments et le sexe torturent la tête. Pour arracher ses désirs au destin qu’on lui réserve, Abad briser les règles. A la façon d’un Antoine Doinel, qui veut réaliser ses 400 coups à lui.

Dans une langue explosive et universelle, influencée par le roman noir, la littérature naturaliste, le hip-hop et la soul music, Sofia Aouine nous conte une radioscopie sans concession mais avec tendresse, d’une génération, d’un quartier et l’odyssée de ses habitants.

Un formidable premier roman sur lequel planent les ombres de Truffaut et d’Ajar. Claire Julliard, L’Obs.

Une verve acide, tendre, hilarante. Gladys Marivat, Le Monde des livres.

Prix de Flore.

Retrouvez mon avis sur Rhapsodie des oubliés


2. Le sang des mirabelles de Camille de PERETTI

Sorti en grand format le 6 mars 2019 chez Calmann-Lévy et en poche le 6 janvier 2021

Résumé :

« Depuis deux saisons déjà, le vieux Hibou lui avait ouvert les portes de son officine et l’avait laissée feuilleter les pages de ses livres. Elle s’y était plongée avec délice, elle avait tout dévoré. Quelques mois et tout avait changé ; la jeune fille savait désormais que le monde ne se réduisait pas à une bobine de fil et à une aiguille. »
Au cœur du Moyen Âge, deux sœurs, Éléonore et Adélaïde, se bâtissent un destin singulier. Bravant les conventions, l’une découvre le véritable amour tandis que l’autre s’adonne en secret à sa passion pour la médecine. Mais cette quête d’émancipation n’est pas sans danger à une époque vouant les femmes au silence.

Un conte historique puissant et actuel. Parce qu’à travers son duo d’héroïnes, la romancière brise pas à pas les chaînes qui, de tout temps, ont enserré les femmes. Flavie Philipon, Elle.

Ce roman ouvre les portes d’un Moyen Âge captivant. Marie Rogatien, Le Figaro magazine.

Retrouvez mon avis très bientôt sur Le sang des mirabelles


3. Antonia, journal 1965-1966 de Gabriella ZALAPI

Sorti en grand format le 3 janvier 2019 chez Zoe Editionss et en poche le 26 août 2020

Résumé :

Antonia est mariée sans amour à un bourgeois de Palerme, elle étouffe. À la mort de sa grand-mère, elle reçoit des boîtes de documents, lettres et photographies, traces d’un passé au cosmopolitisme vertigineux. Deux ans durant, elle reconstruit le puzzle familial, d’un côté un grand-père juif qui a dû quitter Vienne, de l’autre une dynastie anglaise en Sicile. Dans son journal, Antonia rend compte de son enquête, mais aussi de son quotidien, ses journées-lignes. En retraçant les liens qui l’unissent à sa famille et en remontant dans ses souvenirs d’enfance, Antonia trouvera la force nécessaire pour réagir.

Rythmé de photographies qui amplifient sa puissance d’évocation, Antonia est le roman sans appel d’une émancipation féminine dans les années 1960.

Un dispositif littéraire troublant, au service d’une écriture maîtrisée, pour dresser un beau portrait de femme. Sylvie Tanette, Les Inrockuptibles.

Un récit intime et vivant. Estelle Lenartowicz, L’Express.

Retrouvez mon avis sur Antonia, journal 1965-1966


Retrouvez toutes les infos sur le prix des lecteurs sur le site des éditions Le livre de poche.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *