Je n’avais jamais entendu parler de cet auteur avant de lire Une drôle de fille. Aujourd’hui je ne désire qu’une chose : me plonger à corps perdu dans sa bibliographie…

Une drôle de fille d'Armel Job (éditions Robert Laffont)

Une drôle de fille d’Armel Job (éditions Robert Laffont)

La vie s’écoule paisiblement au sein du foyer des Borj. Ruben et Gilda tiennent l’une des deux boulangeries de la ville dont Ruben a hérité de son père, Rodolphe. Leurs enfants, Astrid et Rémi, grandissent dans l’insouciance propre aux familles protégées des vicissitudes de la vie. Un jour, une dame élégante pousse la porte de la boutique et se présente au couple comme étant la représentante d’un orphelinat local. Ce qu’elle a à leur proposé représente une aubaine pour des petits commerçants comme eux : embaucher une jeune orpheline de 16 ans comme apprentie vendeuse. Pourtant le couple hésite mais devant les arguments de Mme Vandelamalle, finit par céder et par accueillir Josée sous leur toit. Cette gamine est aussi mignonne qu’elle est simple, gentille et sans aucun vice. Pourtant c’est bien elle qui finira par attirer le malheur dans ce foyer…

L’ennui, c’est que la fin de l’amitié chez les filles n’est pas le retour à l’indifférence, mais le début de la haine.

L’histoire de cette drôle de fille nous est racontée par un narrateur omniscient aux commentaires parfois caustiques qui sait créer une connivence avec son lecteur. J’ai trouvé ce roman totalement jouissif tant par le verbe que par l’histoire qui nous est présentée. On se glisse dans l’atmosphère particulière d’un foyer wallon d’après-guerre où les convenances et les qu’en dira-t-on revêtent une importance cruciale. Evidemment, les secrets de famille sont bien cachés et les apparences sont sauves mais il ne faut pas grand-chose pour que cette harmonie de façade vole en éclats.

Le pire mal, c’est celui qu’on fait à ceux qui ne peuvent pas se défendre parce qu’ils ne voient même pas que c’est le mal.

Je rangerais ce roman dans la catégorie des pépites, ces découvertes qui m’emballent terriblement. Avant de lire ce roman, je n’avais jamais entendu parler de son auteur Armel Job. Or, je découvre à l’instant qu’il est l’auteur de très nombreux romans et qu’il a su conquérir un lectorat aussi fidèle qu’enthousiaste. Je pense le rejoindre très prochainement, le temps de trouver dans sa bibliographie encore un ou deux romans qui sauront me faire chavirer tout autant que celui-ci. Connaissez-vous quelques romans de cet écrivain belge, à lire absolument ?


L’ESSENTIEL

Couverture d'Une drôle de fille d'Armel Job

Couverture d’Une drôle de fille d’Armel Job

Une drôle de fille
Armel JOB
Editions Robert Laffont
Sorti en GF le 07/02/2019
228 pages

Genre : roman psychologique
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤❤
Personnages principaux : La famille Borj (Gilda et Ruben et leurs enfants Astrid et Rémi) et Josée
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : Nous avons tué Stella de Marlen Haushofer

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Rien de plus paisible que la Maison Borj, boulangerie d’une petite ville de province belge à la fin des années 1950. Un foyer sans histoire, deux adolescents charmants, un commerce florissant : les Borj ont tout pour être heureux. Avec générosité, ils acceptent de prendre Josée, une orpheline de guerre, en apprentissage. Une drôle de fille, cette Josée. Épileptique, pratiquement illettrée, mais pourvue d’un don d’autant plus émouvant qu’elle n’en a aucune conscience : elle chante divinement. Comment imaginer qu’une jeune fille aussi innocente puisse devenir celle par qui le malheur et la ruine vont s’abattre, telle une tornade, sur cette famille en apparence si harmonieuse ? Une intrigue au suspense virtuose, une manière unique d’explorer au scalpel les sentiments inavouables, d’effeuiller les êtres jusqu’à révéler leur vérité la plus intime : grand romancier de l’âme humaine, Armel Job est ici au sommet de son art.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Une drôle de fille

  1. Si vous cherchez un roman palpitant sur les secrets de famille
  2. Si vous aimez les auteurs qui sont aussi des conteurs d’histoires
  3. Si vous aimez les huis clos familiaux

3 raisons de ne pas lire Une drôle de fille

  1. Si les romans psychologiques ne vous attirent pas
  2. Et très franchement je ne vois pas d’autres raisons de ne pas le lire
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *