Lire Echenoz est une expérience particulière. Ecouter Echenoz lu par Dominique Pinon en est une autre. A réserver aux esprits concentrés, studieux et adeptes de la prose de l’auteur sous peine de très vite perdre le fil.

Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz (éditions audio Audiolib)

Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz (éditions audio Audiolib)

Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé de parler d’un livre dont vous n’avez rien compris, que vous n’avez pas réussi à terminer et sur lequel vous n’avez pas grand-chose à dire. Pour moi c’est une première mais comme en tant que jurée du Prix Audiolib je me suis engagée à faire une chronique par livre audio en compétition, me voilà donc au pied du mur (remarquez, avec cette intro qui ne dit strictement rien du livre en question, j’ai déjà gagné quelques signes sur ma chronique).

Donc ce livre que je ne vous conseille pas (mais que je ne vous déconseille pas non plus puisque je ne suis pas parvenue à l’écouter) c’est Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz. Il paraît que ça parle d’un gars, ancien stewart recruté par un parti politique obscur pour effectuer les basses besognes à commencer par un petit meurtre de rien du tout. Je m’arrête là pour le résumé car au-delà ça serait vraiment de l’imposture.

Je ressemble à n’importe qui en moins bien.

Pourquoi n’ai-je rien à vous dire sur ce livre ? Tout simplement parce que je l’ai redémarré trois fois en audio et qu’à chaque écoute je n’ai strictement rien retenu en dehors d’une sombre histoire de satellite qui s’écrase je ne sais trop où et qui libère Gérard Fulmard de son propriétaire ou un truc dans le genre. C’est tout ce que mon cerveau a bien voulu imprimer. Passé cette première scène, les mots flottaient autour de moi sans que je n’en saisisse le sens. Etrange… mais pas tant que ça en vérité car « lisant » beaucoup en audio, je connais désormais mes goûts en la matière et je sais pertinemment qu’il me faut certains ingrédients pour restée concentrée lors d’une écoute à commencer par une histoire pas trop tarabiscotée, du rythme, une écriture réaliste, vivante et pas trop descriptive, assez peu de personnages à suivre en parallèle et si possible une narratrice plutôt qu’un narrateur. Or, demander à Jean Echenoz de ne pas faire dans le tarabiscoté c’est un peu perdu d’avance.

Pour lire le dernier Echenoz, Audiolib a fait appel une nouvelle fois au talent de Dominique Pinon que j’ai déjà eu le plaisir d’écouter dans la version audio de Chien-loup de Serge Joncour. Comme je le disais plus haut, j’ai une vraie préférence pour les voix de narratrices mais celle de Dominique Pinon, grave et posée, a un charme désuet, un peu franchouillard, qui cadre très bien avec ce type de roman. Je trouve ce casting aussi réussi que l’interprétation de Miroir de nos peines par Pierre Lemaître lui-même. Mon désintérêt pour ce titre n’est donc pas lié à la narration mais au texte. Jusqu’à présent je n’avais lu qu’une fois Echenoz avec Je m’en vais. Je garde une belle impression de ce livre que j’avais apprécié sur l’instant mais qui très rapidement s’est totalement effacé de ma mémoire. Je ne suis pas persuadée que son univers me convienne en réalité. En revanche, pour ceux qui apprécient cet auteur, je vous conseille vraiment la version audio car le narrateur apporte une belle interprétation à cet ensemble, vous devriez passer un moment savoureux en sa compagnie.

Vie de Gérard Fulmard est l’un des 10 titres audio en compétition pour le Prix Audiolib 2020


L’ESSENTIEL

Couverture audio de Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz

Couverture audio de Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz

Vie de Gérard Fulmard
Jean ECHENOZ
Les Editions de Minuit en GF et Audiolib en audio
Sorti le 03/01/2020 en GF et le 11/03/2020 en audio
235 pages (4h28 d’écoute)
Lu par Dominique Pinon

Genre : roman contemporain
Plaisir de lecture :
Plaisir d’écoute : ❤❤❤❤
Personnages : Gérard Fulmard
Recommandation : non
Lectures complémentaires : Je m’en vais du même auteur, Miroir de nos peines de Pierre Lemaître, Trois jours chez ma tante d’Yves Ravey

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

La carrière de Gérard Fulmard n’a pas assez retenu l’attention du public. Peut-être était-il temps qu’on en dresse les grandes lignes. Après des expériences diverses et peu couronnées de succès, Fulmard s’est retrouvé enrôlé au titre d’homme de main dans un parti politique mineur où s’aiguisent, comme partout, les complots et les passions. Autant dire qu’il a mis les pieds dans un drame. Et croire, comme il l’a fait, qu’il est tombé là par hasard, c’est oublier que le hasard est souvent l’ignorance des causes.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons d’écouter Vie de Gérard Fulmard

  1. Pour son auteur
  2. Pour la voix très théâtrale de Dominique Pinon
  3. Pour le côté décalé de ce roman

3 raisons de ne pas écouter Vie de Gérard Fulmard

  1. Si comme moi vous avez besoin que l’on vous raconte une histoire qui suit un vrai fil conducteur
  2. Si vous avez déjà essayé et n’avez pas été sensible à la prose d’Echenoz
  3. Si les romans à l’histoire volontairement absurdes ne vous attirent pas
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *