Après deux abandons pour le Prix des lecteurs, voici un abandon pour le Prix Audiolib : quand ça ne veut pas, peu importe le support…

Du côté des Indiens d'Isabelle Carré (éditions Audiolib)

Du côté des Indiens d’Isabelle Carré (éditions Audiolib)

Pour quelles raisons Isabelle Carré n’est pas parvenue à me séduire en tant qu’auteure et narratrice (car c’est elle qui lit la version audio de son roman) ? Du côté du texte, les choses partaient plutôt bien pourtant avec ce petit narrateur, Ziad, qui découvre par hasard que son père entretient une liaison avec la voisine du dessus. L’histoire est simple, banale même mais joliment amenée de sorte que je m’apprêtais à passer un très bon moment en compagnie de cette famille où règnent les non dits, et alors même que la voix d’Isabelle Carré peinait déjà à me convaincre. Trop linéaire, un peu mollassonne, de mon point de vue, son interprétation tient davantage d’une soirée lecture à la bibliothèque du quartier qu’à une narration professionnelle pour un livre audio. Cela prouve que le métier d’acteur et celui de narrateur sont bien deux choses distinctes. Néanmoins, le fond m’intéressait, j’étais donc prête à faire l’impasse sur la qualité de la narration.

Les années passent, et c’est comme si je ne les avais pas vécues, ou pire, comme si quelqu’un l’avait fait à ma place.

Et puis tout à coup, sans crier gare, me voilà perdue. Totalement. Définitivement. Le changement de registre a été radical et j’ai certainement dû relâcher mon attention à un moment crucial mais j’ai eu le sentiment de ne plus être du tout dans le même livre. De passer du coq à l’âne sans y être préparée. J’ai compris en lisant d’autres avis que ce roman tenait finalement plus du recueil de nouvelles que du roman avec un début, un milieu et une fin. En version papier je serais certainement parvenue à raccrocher les wagons mais en audio c’était impossible. J’ai donc continué l’écoute avec de plus en plus d’interrogations sur le qui ? le quoi ? le pourquoi ? et surtout le comment ? Comment en est-on arrivé là sans que je ne m’en rende compte ?  Vous imaginez bien qu’au bout d’un long moment à ce régime, j’ai complètement lâché l’affaire, mon esprit étant plus occupé à dresser ma liste de courses qu’à écouter Isabelle me raconter son histoire ou plutôt ses histoires.

Et voilà comment après un bon départ on finit la course dans le décor. Un paysage trop beau, on admire, on relâche sa vigilance, on ne voit pas le virage arriver et hop, c’est la sortie de route !


Ecoutez gratuitement Du côté des Indiens en version audio

Sur Audible, le premier livre audio est offert. C’est l’occasion de découvrir Du côté des Indiens en version audio , ou n’importe quel autre livre du catalogue !


L’ESSENTIEL

Couverture de Du côté des indiens d'Isabelle Carré

Couverture de Du côté des indiens d’Isabelle Carré

Du côté des Indiens
Isabelle CARRE
Editions Grasset pour le GF et Audiolib pour la version audio
Sorti en GF le 12/08/2020 et en audio le 17/02/2021
352 pages (8h24 d’écoute)

Genre : roman contemporain
Personnages : Ziad, ses parents Anne et Bertrand, Muriel la voisine
Plaisir de lecture : ❤ abandon
Plaisir d’écoute : ❤❤
Recommandation : oui mais plutôt en version papier
Lectures complémentaires : Sur les balcons du ciel de Sophie Henrionnet, Les choses humaines de Karine Tuil, Chavirer de Lola Lafon, Une famille très française de Maëlle Guillaud

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

«  Il s’est trompé, il a appuyé sur la mauvaise touche, pensa aussitôt Ziad. Il ne va pas tarder à redescendre… Il se retint de crier  : “Papa, tu fais quoi  ? Papa  ! Je suis là, je t’attends…” Pourquoi son père tardait il à réapparaître  ? Les courroies élastiques de l’ascenseur s’étirèrent encore un peu, imitant de gigantesques chewing gums. Puis une porte s’ouvrit là haut, avec des rires étranges, chargés d’excitation, qu’on étouffait. Il va comprendre son erreur, se répéta Ziad, osant seulement grimper quelques marches, sans parvenir à capter d’autre son que celui des gosses qui jouaient encore dans la cour malgré l’heure tardive, et la voix exaspérée de la gardienne qui criait sur son chat.
Son père s’était volatilisé dans les derniers étages de l’immeuble, et ne semblait pas pressé d’en revenir.  »

Ziad, 10 ans, ses parents, Anne et Bertrand, la voisine, Muriel, grandissent, chutent, traversent des tempêtes, s’éloignent pour mieux se retrouver. Comme les Indiens, ils se sont laissé surprendre  ; comme eux, ils n’ont pas les bonnes armes. Leur imagination saura-t-elle changer le cours des choses  ? La ronde vertigineuse d’êtres qui cherchent désespérément la lumière, saisie par l’œil sensible et poétique d’Isabelle Carré.



TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Du côté des Indiens

  1. Le roman commence bien, on plonge très vite dans l’histoire
  2. La plume d’Isabelle Carré est plutôt douce et non dénuée de charme
  3. Il aborde des thèmes d’actualité (#Metoo) et le milieu du cinéma que l’auteure connaît si bien

3 raisons de ne pas lire Du côté des Indiens

  1. La construction du roman est déroutante
  2. Isabelle Carré en narratrice propose une lecture assez insipide de son roman
  3. De l’avis général, si vous devez lire cette auteure, mieux vaut vous pencher sur Les rêveurs (je ne l’ai pas lu mais les avis des autres blogueurs et lecteurs sont très encourageants)

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *