Non mais qu’est-ce que je suis venue faire dans cette galère ? Qu’est-ce qui m’a pris de me lancer dans la lecture de La Haine orpheline ?  Moi dont le niveau en SVT n’a jamais dépassé le score de Jean Lassalle aux Présidentielles, comment ai-je pu imaginer une seule seconde arriver au bout d’un essai de sciences comportementales darwiniennes ?

La Haine orpheline de Peggy Sastre (éditions Anne Carrière)

La Haine orpheline de Peggy Sastre (éditions Anne Carrière)

Tout simplement parce qu’en plus d’être nulle en bio, je ne sais visiblement pas lire ! La 4e de couverture annonce pourtant la couleur puisqu’il s’agit de prendre « du recul sur notre espèce et de la hauteur sur son évolution » grâce au regard aiguisé de Peggy Sastre, docteur en philosophie des sciences, spécialiste de Nietzsche et de Darwin. Il était donc assez évident qu’on n’allait pas lire Martine va à la plage (et se prend une amende de 135 € pour non respect du confinement) !

Deuxième indice, et non des moindres : sur 200 pages que compte cet ouvrage, 50 sont réservées aux notes de l’auteure, soit des listes et des listes de références à des études, thèses, antithèses, synthèses (oups je m’égare !)

Non, vraiment, ce livre n’était pas fait pour moi. J’ai beaucoup aimé le ton de l’auteure dans son Introduction, on sent que l’on a affaire à quelqu’un de jeune et de bien ancré dans son temps mais dès qu’elle est entrée dans le dur, j’ai été larguée en deux temps trois références.

Comme bien d’autres phénomènes sélectionnés par l’évolution, le recours aux ragots relève d’un calcul économique assez basique : est-ce que pourrir la réputation d’une concurrente m’apportera suffisamment de bénéfices pour en compenser les frais ?

Pour tout vous dire, j’avais tellement été enthousiasmée par les essais et documents lus dans le cadre du Grand Prix des lectrices Elle 2020 que j’avais envie de rempiler. Le thème de cet essai m’intriguait : « Comprendre la nature de nos conflits pour rester serein dans un monde de colère » mais je ne sais pourquoi, je me suis imaginé un essai sociologique du genre de ceux de Jean-Claude Kaufmann. Que nenni ! Peggy, elle, ne fait pas dans l’interprétation de la répartition des tâches ménagères dans le couple mais dans les formules mathématiques du genre [rB > C] où [B] indique les bénéfices (benefits) du comportement altruiste, [C] (cost) leur coût et [r] la corrélation génétique (relatedness) entre l’acteur et le bénéficiaire de son comportement. Comprenne qui pourra…

J’ai été troublée par le positionnement de cet essai qui alterne un ton connivent en usant au maximum d’exemples du quotidien pour illustrer le propos et un penchant pour une démonstration pointue à grands coups de références universitaires. Comme si l’auteure se battait contre elle-même afin de conserver un discours intelligible pour le plus grand nombre alors qu’elle rêve de pousser plus loin la démonstration. A chaque détour de phrase compréhensible par la ménagère de moins de 50 ans que je suis, l’espoir renaissait, avant de sombrer à nouveau dans des explications dont je ne comprenais pas un traître mot.

Je présente mes excuses aux éditions Anne Carrière et à l’auteure pour ne pas m’être aperçue plus tôt que je n’étais pas assez bien outillée pour comprendre cet essai de haute volée et je cours me replonger dans Martine au pays du confinement, bien plus à ma portée.


L’ESSENTIEL

Couverture de la Haine orpheline de Peggy Sastre

Couverture de la Haine orpheline de Peggy Sastre

La Haine orpheline
Peggy SASTRE
Éditions Anne Carrière
Sorti le 17/10/2019 en GF 
215 pages

Genre : essai scientifique
Plaisir de lecture : abandon
Recommandation : seulement aux lecteurs férus d’essais scientifiques

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Nous sommes à l’âge de la colère.

La formule vient de l’intellectuel indien Pankaj Mishra et beaucoup de nos contemporains partagent ses idées : nous serions au bord d’une « guerre civile mondiale » parce qu’on se rendrait compte que la modernité n’a pas tenu ses promesses.

Je partage le constat de Mishra sur le caractère pour le moins tendu de notre époque, mais mon diagnostic est aux antipodes : si nous sommes aujourd’hui aussi à cran, ce n’est pas parce que notre civilisation issue des Lumières n’a pas tenu ses promesses.
Au contraire, c’est qu’elles se sont tellement bien réalisées que nous ne savons plus à quoi pourrait ressembler des épreuves proprement existentielles.

Pourquoi ? Parce que nos perceptions, comme souvent, nous trompent. Nous avons peut-être l’impression que les périls se suivent, se répètent et empirent, mais c’est surtout parce que nous ne cessons d’élargir la définition du périlleux et transformons en catastrophique ce qui était anodin voici encore peu.

Deux questions animent ce livre :

– Pourquoi avons-nous le conflit si facile, l’hostilité si séduisante, l’affrontement si confortable ?

– Pourquoi tant de gens semblent incapables d’exister s’ils ne s’imaginent pas avoir des ennemis à anéantir ?

Son programme est celui d’un « pacifisme appliqué » : plonger au plus profond de notre nature conflictuelle grâce aux apports des sciences comportementales darwiniennes.

Peggy Sastre est docteur en philosophie des sciences, spécialiste de Nietzsche et de Darwin. Ses travaux s’orientent principalement autour d’une lecture biologique des questions sexuelles. Elle a notamment publié aux Éditions Anne Carrière, La Domination masculine n’existe pas (2015) et Comment l’amour empoisonne les femmes (2018). En tant que chroniqueuse et traductrice, elle collabore à divers titres de presse (Le Point, Slate, L’Obs).


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire La Haine orpheline

  1. Si vous avez envie de savoir ce qui, dans notre évolution, nous pousse vers le conflit et l’affrontement
  2. Mais surtout si vous cherchez le moyen de désamorcer ces situations conflictuelles
  3. Si vous avez envie de découvrir la psychologie de l’évolution

3 raisons de ne pas lire La Haine orpheline

  1. 2. et 3. Si vous êtes une brêle comme moi…
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *