Qui a tué Heidi ? est le second roman de la sélection Prix des Nouvelles voix du polar que je lis, et le premier pour le prix français.

Qui a tué Heidi ? de Marc Voltenauer (éditions Pocket)

Qui a tué Heidi ? de Marc Voltenauer (éditions Pocket)

Je ne vais pas m’appesantir sur le fait de retrouver un polar suisse dans les finalistes français, ça me rappelle quand enfant je regardais la TSR du fond de mon Alsace natale en étant persuadée de regarder une chaîne française… Et ça n’est pas le seul souvenir que ce polar helvétique fait rejaillir en moi car pour la petite histoire, avant de sauter à pieds joints dans l’univers de la communication, j’ai commencé par faire des études en agriculture. Ainsi, pour financer un voyage scolaire au Danemark, toute ma classe avait participé à un salon agricole à Epinal, événement qui visait entre autres à élire les plus belles vaches dans différentes catégories. Un concours de beauté de vaches, c’est à voir au moins une fois dans sa vie et c’est très exactement cette expérience étrange que va vivre l’inspecteur Andreas Auer au début de ce roman. Décidé à prêter main forte à son ami éleveur, Andreas ne va pas hésiter à défiler aux côtés Yodeleuse pour tenter de séduire les juges. Pendant plus de 150 pages, vous en apprendrez beaucoup sur l’élevage bovin et ses subtilités, vous respirerez l’air vivifiant des alpages et suivrez avec enthousiasme les délibérations des juges experts en bonnes laitières. C’est le passage du roman que j’ai préféré : tellement original, tellement pur et authentique, un vrai bonheur !

Au moment où Antoine détacha Yodeleuse et donna le licol à Andreas, la vache meugla et tenta de faire demi-tour. Antoine dut la retenir.
– Détendez-toi, Andreas. Sinon ça ne va pas aller.
– Je suis détendu !
– Il ne faut pas seulement le dire. La vache doit le ressentir. A partir de maintenant, vous ne faites qu’un.
Andreas respira un bon coup et caressa Yodeleuse sous la tête en lui glissant quelques mots à l’oreille. Ils semblaient maintenant apaisés, l’un et l’autre, prêts à entrer en scène.

En même temps, même si je me régalais de cette intrigue au pays des concours de beauté bovins, je me demandais quand l’histoire allait enfin démarrer. L’intrigue est particulièrement longue à se mettre en place, je me suis souvent demandé où l’auteur voulait nous emmener et très sincèrement, la destination finale ne m’a pas enthousiasmée plus que ça. J’étais finalement mieux au milieu des vaches !

Car une fois que les cadavres apparaissent en même temps que des femmes disparaissent, on tombe dans le plus classique des polars et à partir de là je me suis ennuyée. Pourtant l’auteur avait tout fait pour donner du rythme à son roman, notamment en découpant son livre de chapitres très courts : 140 au total ! Mais alors que j’ai un vrai faible pour les livres très découpés, pour la première fois ça m’a dérangé car Marc Voltenauer pousse le principe beaucoup trop loin à mon goût. A chaque chapitre on change de décor et de protagonistes, soit tous les 3 ou 4 pages. Je vous laisse tenter l’expérience mais pour moi ce tourbillon a fini par m’agacer en m’empêchant de rentrer vraiment dans l’histoire et de faire plus ample connaissance avec les personnages. Ces petites touches successives m’ont gardée complètement à la surface des choses. Après avoir lu ce polar, je suis convaincue que ça n’est pas en morcelant autant un roman que l’on donne le rythme souhaité. Pire, le procédé devient contre-productif dans la mesure où le lecteur n’a pas le temps nécessaire pour s’accaparer l’histoire et ressentir intérêt, angoisse, empathie, peur, etc. que déjà l’auteur est passé à autre chose.

Enfin, même si l’intrigue sera vite oubliée, c’est un polar qui me laissera un souvenir affectueux à la fois pour l’environnement dans lequel il se déroule que pour son personnage principal. Qu’est-ce que j’ai été heureuse de croiser un flic homo bien dans ses baskets, en couple et heureux, entouré des siens. Pour une fois on est bien loin des clichés et du flic cabossé que l’on croise à chaque coin de page. Finalement l’emballage est bien plus beau que le cadeau lui-même.


L’ESSENTIEL

Couverture de Qui a tué Heidi ? de Marc Voltenauer

Couverture de Qui a tué Heidi ? de Marc Voltenauer

Qui a tué Heidi ?
Marc VOLTENAUER
Editions Slatkine & Cie en GF et Pocket en poche
Sorti le 24/08/2017 en GF et le 17/03/2019 en poche
546 pages 


Genre : roman policier
Personnages : Andreas Auer, le flic, Mikaël son compagnon
Plaisir de lecture : ❤❤❤
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : le premier roman de l’inspecteur Andreas Auer : Le dragon du Muveran et le tome 3 : L’aigle de sang

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

À Gryon, charmant village des Alpes vaudoises, la vie s’écoule au son des cloches des vaches sur les alpages. Coup de tonnerre : l’une d’elles est sournoisement liquidée. Malveillance paysanne, sans doute. Et soudain, ce sont les femmes de la région qui disparaissent… Heidi qu’on égorge… Un tueur à gages russe qui prend possession d’un chalet de luxe… Temporairement suspendu, l’inspecteur Andreas Auer entre alors dans l’arène et charge, quitte à tout perdre…

 » Une lecture addictive. Les chapitres sont courts donnant plus de rythme à l’intrigue et on tombe dedans, sans décrocher !  » Le Dauphiné libéré

 » Alpages et Shalimar. Un détonant polar suisse.  » Le Point


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire  Qui a tué Heidi ?

  1. Pour son flic loin du stéréotype des inspecteurs cabossés par la vie et solitaires
  2. Pour l’environnement de l’enquête : les alpages suisses
  3. Pour l’intrigue aux consonances paysannes

3 raisons de ne pas lire  Qui a tué Heidi ?

  1. Pour l’enquête en elle-même qui n’a rien d’original
  2. Pour les longueurs qui peuvent en décourager certains
  3. Pour le manque de profondeur dans le traitement des personnages
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *