Dans une première version de ce billet, nous étions encore en attente des résultats du Prix Landerneau des lecteurs 2020. Je vous avais communiqué mon choix et mes pronostics pour patienter. Or, depuis le prix a été remis et je dois dire que ça n’est pas réellement une surprise…

Qui sera le vainqueur du Prix Landerneau 2020 ?

Qui sera le vainqueur du Prix Landerneau 2020 ?

[Mise à jour du 15.10.2020]

La nouvelle a été largement relayée dans la presse spécialisée : Lola Lafon a remporté cette dernière édition du Prix Landerneau des lecteurs avec son roman Chavirer. Elle succède à Sylvain Prudhomme avec son roman Par les routes.

Je tiens à féliciter l’auteure pour ce prix, qu’elle a largement mérité même si, comme vous le verrez ci-dessous, elle ne faisait pas partie de mes préférences. Je comprends l’engouement des lecteurs de ce jury pour ce livre très dérangeant et totalement dans l’air du temps, c’est pourquoi je l’avais mis en tête de mes pronostics (en duel avec mon favori, tout de même : il faut toujours y croire)/

Deuxième participation à ce prix et deuxième fois que mon favori n’en sort pas vainqueur. A croire que j’ai moins de chance avec le Prix Landerneau qu’avec le Grand Prix des lectrices Elle mais qu’importe puisque le plaisir et la découverte sont chaque fois au rendez-vous.

[Version initiale de ce billet publiée le 13.10.2020]

Mon classement personnel

Mais commençons par le commencement : pour qui ai-je voté ? Ceux qui ont lu mes avis sur les 4 titres en compétition le savent déjà : mon vote est allé sans l’ombre d’un doute à Là d’où je viens a disparu de Guillaume Poix. Ce livre a été une énorme surprise, je n’en attendais rien de particulier et j’ai été conquise par la forme, emportée par le fond et terriblement impressionnée par la plume de cet auteur. Pourtant ce roman avait un handicap de taille puisqu’il s’empare du thème des migrants, or c’est précisément le thème développé dans Mur Méditerranée, mon grand favori du Prix Landerneau 2019. Mais cela démontre qu’il est tout à fait possible d’être séduit par deux œuvres sur un même thème sans y trouver une certaine redondance. Ces deux titres sont complémentaires et tout aussi indispensables.

Le reste de mon classement est aussi assez évident, je n’ai pas eu vraiment de débats intérieurs. Je place donc en deuxième position Fille de Camille Laurens car le style de l’auteure est vraiment remarquable et la qualité de la narration irréprochable. Quant au thème… je ne vais pas redire ce que j’ai déjà écrit mais ça n’est pas mon sujet de prédilection.

Chavirer de Lola Lafon arrive chez moi en troisième position. J’ai beaucoup plus été séduite par le thème développé dans ce livre même s’il présente des similitudes avec celui de Camille Laurens, il possède une dimension dramatique supplémentaire qui m’a séduite. En revanche, j’ai éprouvé plus de difficultés avec la forme du récit. J’ai trouvé l’ensemble assez brouillon et parfois un peu laborieux à suivre, c’est ce qui me pousse à placer ce titre seulement en troisième position.

Enfin, Les évasions particulières de Véronique Olmi a fait un peu pâle figure dans cette sélection (et me concernant puisqu’il s’agit bien sûr d’un avis tout à fait personnel). Je n’ai pas trouvé cette histoire suffisamment intéressante pour me donner envie d’aller au bout, c’est un peu terne et sans beaucoup de saveur alors même que la plume de l’auteure est très agréable mais ça ne m’a pas suffi.

Mes pronostics

N’étant pas seule à juger évidemment, mon classement personnel ne reflète pas forcément l’avis de mes co-jurés. En essayant de prendre un peu de distance face à ces quatre titres, j’aurais tendance à penser que deux romans risquent de se disputer la première place : Chavirer et Là d’où je viens a disparu. Les deux traitent de faits de société révoltants, ils ont certainement remué leurs lecteurs plus que les deux autres, c’est pourquoi j’imagine un match entre ces deux-là. J’espère juste que Guillaume Poix remportera la bataille. Au-delà de mes goûts personnels, je me dis que c’est le seul auteur qui ne bénéficie pas déjà d’un certain battage médiatique. Et si le Prix Landerneau peut servir à mettre en lumière un titre un peu délaissé jusque-là, alors j’en serai très heureuse.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *