Vivre ensemble sans que cela ne soit une épreuve, c’est un pari bien difficile à remporter pour les familles recomposées qui traînent bien souvent comme un boulet un passé voire un passif, des ex et les conflits de loyauté des enfants qui vont avec.

Vivre ensemble d'Emilie Frèche (éditions Stock)

Vivre ensemble d’Emilie Frèche (éditions Stock)

On a beau la rêver cette nouvelle vie, ce nouveau départ mais la toile à peindre n’est pas vierge comme lors d’un premier amour. Il faut la composer avec les cartes que la vie vous a déjà distribuées et quand l’un des enfants d’une première union déraille complètement et risque de mettre en péril l’équilibre de cette nouvelle famille, les rôles des uns et des autres ne sont vraiment pas enviables. Que pourrait-on reprocher à un père qui protège son enfant et espère avec un peu de lâcheté que les difficultés passeront d’elles-mêmes. Que penser d’une belle-mère prise malgré elle d’un sentiment de rejet envers le fils de son compagnon et qui veut avant tout protéger son propre fils ? Et que ferions-nous à la place de ces deux garçons qui ne sont pas frères et qui ne se connaissent même pas mais qui du jour au lendemain doivent faire semblant ? Vouloir « vivre ensemble » c’est beau sur le papier, c’est plein d’espoir en l’avenir mais c’est surtout un défi de tous les instants et dans certains cas, un rêve malheureusement inatteignable.

On ne peut pas parler de l’enfant de l’autre dans une famille recomposée. On ne peut rien en dire. L’argent, le sexe, d’accord, mais l’enfant de l’autre, c’est le tabou absolu.

J’ai découvert ce roman grâce à la polémique qui a accompagné son lancement (Merci à l’ex madame qui a sans aucun doute boosté les ventes sans le vouloir) et j’ai absolument voulu le lire, intriguée par la façon dont l’auteure traitait de la famille recomposée en s’appuyant sur sa propre histoire. Je ne sais pas ce qui relève ici de la fiction ou de la réalité mais c’est dur, parfois choquant (surtout si l’on imagine que l’enfant conflictuel est vraiment inspiré du beau-fils de l’auteure) mais terriblement humain car dans certaines situations il est impossible de contrôler ses émotions et ses pensées. On peut juste les taire, par honte, ou on peut les partager comme ici en se disant que ça peut être utile à d’autres. Et ça l’est…


L’ESSENTIEL

Couverture de Vivre ensemble d'Emilie Frèche

Couverture de Vivre ensemble d’Emilie Frèche

Vivre ensemble
Emilie FRECHE
Editions Stock
Sorti en GF le 22/08/2018
288 pages

Genre : roman social
Personnages : Déborah et Pierre son compagnon, leurs enfants respectifs Léo et Salomon
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : Je t’aime de Barbara Abel, La petite famille de Sophie Avon, Désaccords mineurs de Joanna Troloppe

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

« La première fois qu’ils se sont vus tous les quatre, le fils de Pierre n’a pas supporté un mot du fils de Déborah, ou peut-être était-ce juste un rire, et, pris d’une rage folle, il s’est mis à hurler qu’il les détestait, que de toute façon elle ne serait jamais à son goût et Léo jamais son frère, puis il a attrapé un couteau de boucher aimanté à la crédence derrière lui et, le brandissant à leur visage, il a menacé de les tuer – cela faisait une heure à peine qu’il les connaissait. »

Tout le monde ne parle que du vivre-ensemble mais, au fond, qui sait vraiment de quoi il retourne, sinon les familles recomposées ? Vivre ensemble, c’est se disputer un territoire.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Vivre ensemble

  1. Si vous vous intéressez au sujet des familles recomposées
  2. Si vous avez envie de lire un roman très contemporain
  3. Si vous avez entendu parler de la polémique qui a accompagné la sortie de ce livre et que vous souhaitez vous faire votre propre opinion sur le sujet

3 raisons de ne pas lire Vivre ensemble

  1. Si vous craignez une forme d’impudeur à aborder ce type de sujet
  2. Si vous n’aimez pas les romans trop intimistes
  3. Si vous n’aimez pas les romans qui mêlent fiction et réalité sans parvenir à distinguer l’une de l’autre
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *