C’est aujourd’hui que sort Les durs à cuire, le nouveau roman de Charlye Ménétrier McGrath mais ne comptez pas sur moi pour vous donner envie de vous ruer dessus…

Les durs à cuire de Charlye Ménétrier-McGrath (éditions Fleuve)

Les durs à cuire de Charlye Ménétrier-McGrath (éditions Fleuve)

C’est la première fois que je me plonge dans un roman de cette auteure, je l’avais choisi car je l’imaginais frais et drôle, léger et un peu piquant, il n’a finalement été rien de tout cela. Plat dans l’histoire autant que dans le style, je me suis ennuyée à peu près de la première ligne à la centième page avant de renoncer à poursuivre. Les vrais amateurs de romans feel-good y trouveront certainement leur compte mais pour moi, il faut que ça envoie du lourd sinon c’est peine perdue. Or ce roman n’a objectivement rien de drôle, je n’ai pas trouvé dans les formules, les dialogues ou le ton général ne serait-ce de quoi faire émerger l’ombre d’un sourire. Quant aux personnages, ils sont tellement stéréotypés que ça en devient très vite fatigant. L’histoire met un temps incroyable à se mettre en place alors qu’elle est d’une simplicité à toute épreuve.

Je n’ai pas grand chose de plus à dire sur ce roman : je n’y trouve aucun intérêt à titre personnel mais vu le succès des précédents, nulle doute qu’il trouvera un large public.



L’ESSENTIEL

Couverture de Les durs à cuire

Couverture de Les durs à cuire de Charlye Ménétrier McGrath

Les durs à cuire
Charlye MENETRIER McGRATH
Editions Fleuve
Sorti le 14/10/2021
352 pages

Genre : feel-good
Plaisir de lecture : abandon
Personnages : Sixtine et ses parents
Recommandation : non
Lectures complémentaires : Frangines d’Adèle Bréau, Ceux qui s’aiment finissent toujours par se retrouver de Sonia Dagotor, Le bonheur l’emportera d’Amélie Antoine, Réjouissez-vous parce que c’est arrivé d’Elvira Moreira, Sur les balcons du ciel de Sophie Henrionnet

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

 » Il y a de Sixtine en chacune de nous ! Charlye Ménétrier McGrath, dans son roman le plus mordant et le plus personnel, nous encourage à la réconciliation. Un roman rock’n’roll sur la crise du milieu de vie ! « , Caroline Vallat, Fnac Rosny 2

Sixtine, 40 ans, mariée, deux enfants et bourgeoise par excellence, est au bord de la crise de nerfs lorsqu’elle se retrouve contrainte d’héberger ses parents. Leurs rapports se limitent au strict nécessaire depuis qu’elle est adulte et pour cause, elle est la fille de deux ex-stars du punk. Grands-parents déjantés versus fille quadra bien rangée (et même un peu coincée), la maison est à deux doigts d’exploser.

Mais pour Constance et Clémence, les deux filles de Sixtine, cette cohabitation tombe du ciel…

Rébellion générationnelle à tous les étages !


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

Une fois n’est pas coutume, je vais éviter de vous donner 3 raisons de lire ce roman car très sincèrement rien ne me vient à l’esprit pour sauver cette lecture.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *