Je veux bien être bon public et ne pas bouder les succès commerciaux mais je crois que je viens de croiser la route du livre le plus survendu de l’année.

Ciao Bella de Serena Giuliano (éditions audio Lizzie)

Ciao Bella de Serena Giuliano (éditions audio Lizzie)

Avec Ciao Bella je m’attendais évidemment à une lecture légère et sans prétention mais tout de même pas insipide à ce point. On dirait un article de Biba du genre « 10 raisons qui prouvent que VOUS êtes extraordinaire ! » étalé sur 200 pages : aucune imagination et une écriture qui se veut aussi finement drôle qu’une boîte à rires.

J’imagine que ce roman parlera davantage aux abonnées du blog de Serena. A celles et ceux qui la suivent déjà depuis quelques années. Je peux comprendre que de cette connivence est née l’envie d’en savoir plus sur leur influenceuse préférée. J’imagine que ça peut être touchant de la voir se livrer comme elle le fait dans cette autofiction. Mais pour une lectrice comme moi qui n’a jamais lu son blog, n’a même jamais entendu parlé d’elle avant le succès fulgurant de ce roman, l’intérêt pour son histoire est limité voire inexistant.

J’ai réfléchi à ce que j’aimerais faire dans la vie.
–En voilà une bonne nouvelle ! Alors ? Qu’aimeriez-vous faire ?
–Rien du tout ! Gagner au loto et me barrer au soleil !

J’étais venue lire une romancière avec du pep’s, de la répartie, un humour fin et je me retrouve avec une blogueuse bien en peine de transformer une non histoire taillée pour un billet d’humeur en un roman. On m’avait vendu un coin d’Italie et des émotions qui s’expriment avec les mains, je n’ai trouvé qu’un quotidien sans exotisme pavé de bons sentiments, d’une morale simpliste et de messages puérils.

Mais Serena a du succès, beaucoup de succès même, alors je m’incline. Si son roman peut faire du bien à certains, s’il peut leur procurer des émotions simples alors il a raison d’exister. Je ne partage pas cet engouement, je peine même à le comprendre mais je le respecte.

Et sinon, si vous êtes aussi inculte que moi, sachez que Serena Giuliano tient un blog à succès qui s’appelle Wondermum en a ras la cape et que grâce à lui et à ses très fidèles lecteurs, elle est aujourd’hui une romancière à succès. C’est cette ascension qui est au cœur de son premier roman Ciao Bella . Ça et puis toutes les séances avec la Wonderpsy qui transformeront Serena (Anna dans le roman) en femme épanouie et sûre de son talent et de ses capacités. Amen !

Quelques mots sur la narration puisque j’ai découvert ce livre en audio : le choix de Maïa Baran pour lire ce roman feel-good est excellent. Maïa Baran sait se montrer espiègle pour interpréter le rôle d’Anna et infiniment compatissante pour incarner la psy. J’ai déjà eu le plaisir de l’écouter lire quelques romans dont l’un de mes derniers coups de coeur : Dans la forêt de Jean Hegland (en lice pour le prix Audiolib : vous pouvez voter pour lui, ou pour un autre bien sûr, avant le 21 août 2020). Cette narratrice fait partie des valeurs sûres !


L’ESSENTIEL

Couverture de Ciao Bella de Serena Giuliano

Couverture de Ciao Bella de Serena Giuliano

Ciao Bella
Serena GIULIANO
Editions Le Cherche-Midi en GF, Pocket en poche et Lizzie en audio
Sorti le 14/03/2019
200 pages  (4h20 d’écoute)
Lu par Maïa Baran


Genre : roman feel-good
Plaisir de lecture : ❤❤
Plaisir d’écoute : ❤❤❤❤
Personnages : Anna et sa psy
Recommandation : oui pour les amateurs de feel-good
Lectures complémentaires :  les romans de Virginie Grimaldi (Le premier jour du reste de ma vie, Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie…), d’Aurélie Valognes (Minute, papillon ! et les autres), de Sophie Henrionnet (Sous les balcons du ciel, Vous prendrez bien un dessert ?, etc.), de Barbara Constantine (Allumer le chat et autres)

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Grandir, pardonner et… manger des pâtes !

« J’ai peur du chiffre quatre. C’est une superstition très répandue en Asie. Le rêve ! Enfin des gens qui me comprennent ! Je devrais peut-être déménager… Vous avez beaucoup d’autres phobies ? Vous avez combien d’années devant vous ? »

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, de la maladie, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Elle est aussi enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy. Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son heureuse enfance, l’Italie, auquel elle est arrachée toute petite. Une immersion dans son passé qui résonne inévitablement dans son présent… À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?

Attention, la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles ! Parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente. Vous êtes prévenu !


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Ciao Bella

  1. Parce que ça peut vous faire du bien
  2. Parce que c’est gentil, avec un message positif
  3. Parce que c’est un phénomène littéraire

3 raisons de ne pas lire Ciao Bella 

  1. Parce que le style comme l’histoire sont tout de même assez pauvres
  2. Parce que ça n’est pas vraiment drôle
  3. Parce qu’on sent trop peu le parfum d’Italie
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *