En tant qu’auteur de thrillers psychologiques, Jérôme Loubry m’avait déjà conquise avec Le douzième chapitre. Mais avec Les refuges, il signe un véritable chef-d’oeuvre. Et je pèse mes mots…

Les refuges de Jérôme Loubry (éditions Calmann-Levy)

Les refuges de Jérôme Loubry (éditions Calmann-Levy)

Pour ce roman je vais vous proposer une chronique à deux vitesses tant la conclusion semble évidente :

Mode rapide pour les lecteurs pressés : inutile de lire la suite, contentez-vous d’acheter ce livre, c’est un bijou !

Mode détaillé pour les lecteurs sceptiques qui ont besoin d’arguments pour être convaincus : lisez ce qui suit mais en toute honnêteté vous allez perdre votre temps car vous finirez vous aussi par acheter ce livre (mais si, mais si, je vous le dis !).

 

Il y a un an presque jour pour jour, je vous parlais d’un thriller à acheter les yeux fermés et à offrir largement autour de vous. Pour moi c’était le nouveau Harry Québert : un roman totalement addictif et capable de plaire au plus grand nombre. Ce roman c’était Le douzième chapitre de Jérôme Loubry, l’une de mes plus belles lectures de 2018. Si vous l’avez lu depuis, vous vous êtes forcément rué vous aussi sur son nouveau titre, Les refuges. Mais si vous êtes passé à côté de cette pépite, j’ai une excellente nouvelle pour vous : vous allez pouvoir vous offrir dès maintenant une double dose de bonheur, que dis-je d’extase littéraire ! Commencez par lire Le douzième chapitre et savourez-le. C’est un vrai bon thriller psychologique qui vous embarquera dès les premières lignes dans une sombre histoire mais somme toute assez classique dans le genre (me voilà à faire la fine bouche maintenant, si on m’avait dit ça il y a encore une semaine, je ne l’aurais pas cru). Vous pourrez ainsi apprécier les talents de conteur hors pair de Jérôme Loubry et passer un excellent moment en sa compagnie.

Que devient un cauchemar quand vous le videz de son potentiel effrayant ? Un rêve, tout simplement.

Une fois Le douzième chapitre refermé, prévoyez de disparaître quelques heures de la surface de la terre. Préparez-vous un petit nid douillet et le ravitaillement nécessaire puis ouvrez Les refuges. Je vous certifie qu’il ne vous faudra pas plus des deux pages du prologue pour être définitivement happé. Je ne vais pas essayer de vous résumer cette histoire, d’abord car j’en serais bien incapable tant elle est complexe sans être compliquée, subtile et raffinée, cousue main. Ensuite parce que je ne veux pas vous enlever ne serait-ce qu’un dixième du plaisir que vous allez ressentir en découvrant ce que Jérôme Loubry vous a concocté.

Ce livre est une pure merveille dans le genre du thriller psychologique. Il vous fera passer par tous les états et puiser en vous une myriade d’émotions et de sensations. Je vous garantis que vous ne verrez rien venir et que vous n’avez jamais rien lu de tel jusqu’à présent. J’ai terminé ce livre samedi en voiture. A un moment mon mari s’est tourné vers moi car il m’a vue tressaillir. J’avais tout simplement la chair de poule. Une telle réaction épidermique, je ne l’ai eue qu’une seule fois dans ma vie de lectrice et c’était avec le roman de Lionel Shriver, Il faut qu’on parle de Kevin. Seul un auteur à l’imagination débordante mais au réalisme saisissant est capable de me procurer un tel chamboulement puisque j’ai besoin à la fois que l’histoire me saisisse totalement par surprise mais qu’elle soit tellement plausible que je me mette à la vivre totalement par procuration. Jérôme Loubry est parvenu à cet équilibre parfait dans un roman qu’il peut considérer sans rougir comme un pur chef-d’œuvre.

Vous voyez bien que vous allez l’acheter…


L’ESSENTIEL

Couverture de Les refuges de Jérôme Loubry

Couverture de Les refuges de Jérôme Loubry

Les refuges
Jérôme LOUBRY
Editions Calmann-Levy
Sorti le 04/09/2019
395 pages

 

Genre : thriller psychologique
Personnages : Sandrine et sa grand-mère
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤❤ (et plus que ça encore)
Recommandation : mille fois oui
Lectures complémentaires : Le douzième chapitre du même auteur (mais commencez vraiment par celui-ci avant de lire Les refuges), Dans son silence d’Alex Michaelides

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien…


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Les refuges

  1. Parce que vous ne devinerez jamais la fin
  2. Parce que vous allez embarquer pour une histoire complètement dingue
  3. Parce qu’il vous trottera longtemps dans la tête

3 raisons de ne pas lire Les refuges

  1. Si vous avez envie d’une lecture facile et sans prise de tête (celui-ci va vous obliger à réfléchir et à échafauder des hypothèses en permanence)
  2. Si votre coeur de lecteur est un peu trop sensible
  3. Si vous avez l’esprit de contradiction si développé que vous ne lirez pas ce que tout le monde adore
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *