En me lançant dans la lecture de Vernon Subutex, j’étais dans l’idée que j’allais adorer ou détester, sans demi-mesure. Et finalement, c’est plutôt « mouais », « bof », « pourquoi pas » qui me viennent à l’esprit.

Vernon Subutex de Virginie Despentes (éditions Le livre de poche)

Vernon Subutex de Virginie Despentes (éditions Le livre de poche)

Dans ce roman, Virginie Despentes nous dresse le portrait de Vernon, un ancien disquaire sans avenir ni abris, obligé d’aller squatter chez ses amis pour maintenir la tête hors de l’eau. De canapé en canapé, Vernon va nous offrir un voyage parmi les différentes castes de la société, des bas fonds aux plus nantis. Certaines scènes sonnent terriblement juste comme celle de cette SDF qui parle de la relation qu’elle a tissée avec son chien. Ça touche, ça va droit au cœur autant d’amour et d’injustice. Mais voilà, à côté de ces mots qui bouleversent il y a en a beaucoup d’autres, beaucoup trop, qui vous bousculent et vous renversent. Virginie Despentes a du mal à contenir sa rage folle, on sent bien qu’elle la vomit cette société qu’elle nous décrit mais elle va trop loin.

Trop vulgaire, trop provoc, trop caricatural, trop bobo, trop agressif, trop marginal, trop orienté… Ce roman multiplie les excès, ce qui a fini par clairement me saouler. L’auteure nous prédit un avenir particulièrement sombre, essaye de nous amener à une prise de conscience de toutes ces dérives mais elle n’a pas réussi à m’entraîner dans sa spirale infernale car à trop forcer le trait, elle a perdu toute crédibilité à mes yeux.

Cannes, se disait Xavier, c’est la fête de la saucisse avec des putes en Louboutin. Tous à dégueuler leur caviar, le nez plein de coke, après avoir récompensé du cinéma roumain. Les intellos de gauche adorent les Roms, parce qu’on les voit beaucoup souffrir sans jamais les entendre parler. Des victimes adorables. Mais le jour où l’un d’eux prendra la parole, les intellos de gauche se chercheront d’autres victimes silencieuses. Cette bande de baltringues, pensait Xavier, leur grand héros c’était Godard, un type qui ne pense qu’à la thune et qui s’exprime en calembours. Eh bien partant de là, ils ont quand même réussi à dégringoler. Fallait le faire.

J’aurais aimé que par moments elle range un peu son bazooka et nous laisse entendre une voix plus mesurée à travers des personnages moins extrêmes, juste pour rendre son discours audible et aussi parce que se faire cracher des insanités à la figure page après page, ça n’est pas vraiment ma tasse de thé littéraire.

Ceci dit, j’ai conscience que ce roman restera longtemps gravé dans ma mémoire et qu’il fait partie de ces œuvres qui composent une culture littéraire. Pour ces raisons, je suis heureuse d’en être venue au bout afin de me forger ma propre opinion. Maintenant que j’ai saisi l’idée générale, il y a peu de chances que je lise la suite en revanche…


L’ESSENTIEL

Couverture de Vernon Subutex de Virginie Despentes

Couverture de Vernon Subutex de Virginie Despentes

Vernon Subutex
Virginie DESPENTES
Editions Grasset en GF et Le livre de poche
Sorti en GF le 07/01/2015 et le 02/03/2016 en poche
432 pages

Genre : satire sociale
Personnages : Vernon ancien disquaire et néo SDF
Plaisir de lecture : ❤❤
Recommandation : oui ne serait-ce que pour se faire sa propre idée de ce roman devenu culte
Lectures complémentaires : les autres tomes et autres romans de l’auteure, La Meute de Sarah Koskievic

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Vernon Subutex, ancien disquaire, est en train de vivre sa propre descente aux enfers. Il vient de perdre son ami et star de la musique, Alex Bleach. Celui-ci payait aussi ses loyers depuis quelques mois. Vernon se retrouve à la rue, dans un Paris désenchanté : il n’a plus rien. Il fait alors appel à d’anciennes connaissances sans leur avouer la triste vérité. Comment Vernon va-t-il s’en sortir ?


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Vernon Subutex

  1. Si vous cherchez un roman qui décoiffe, un roman vraiment rock’n roll
  2. Si vous avez un faible pour les histoires de loosers
  3. Si un langage cru et une vision désenchantée de la société attisent votre appétit

3 raisons de ne pas lire Vernon Subutex

  1. Si même l’énorme popularité de ce livre ne parvient pas à vous donner envie de le lire
  2. Si l’excès en tout vous rebute plus qu’il ne vous attire
  3. Si les histoires de bobos et la vulgarité « qui fait genre » ça vous passe largement haut dessus
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *