Il est très facile de comparer Les marcheurs de Frédéric Mars à la série 24h chrono mais c’est finalement à une autre oeuvre, littéraire cette fois, que j’aurais aimé comparer ce thriller politique…

Les marcheurs de Frédéric Mars (Editions La Mécanique générale)

Les marcheurs de Frédéric Mars (Editions La Mécanique générale)

New York, 9 septembre 2012. Alors que les Américains s’apprêtent à célébrer le 11e anniversaire du 11 septembre, une explosion retentit dans une station de métro. Un homme s’est fait sauter, entraînant dans son sillage son lot de victimes civiles. Quasiment au même moment, d’autres individus bourrés d’explosifs se font sauter aux quatre coins de la ville puis rapidement dans d’autres points stratégiques des Etats-Unis. Il n’en faut pas plus pour semer un vent de panique dans un pays toujours traumatisé par les attentats de 2001. Mais cette fois la menace semble incompréhensible : pour quelle raison des hommes, des femmes et pire, des enfants, bons Américains en apparence, se sont-ils transformés du jour au lendemain en kamikazes ? Quelle folie a pu les entraîner dans ce parcours de la mort ? De ces bombes humaines on ne sait rien si ce n’est qu’il est impossible de les arrêter. Leur salut réside visiblement dans la marche : s’ils s’arrêtent ils sautent. Dès lors les rues se vident, les habitants se terrent chez eux, laissant le champ libre à des ballets de marcheurs condamnés à ne jamais s’arrêter de marcher.

En jouant si bien avec les ficelles des thrillers hollywoodiens , leurs assaillants les ravalaient au rang de de vulgaires mangeurs de pop-corn dans une salle de cinéma, immobiles et fascinés par cette éruption de violence sous leurs yeux. Cruel pied de nez.

New York, le 11 septembre, des attentats, des kamikazes, un président noir charismatique et humain, un flic prêt à tout pour déjouer ce macabre dessein, un compte à rebours : comment ne pas penser à 24h chrono avec un tel scénario ? Comment ne pas comparer Sam Pollack, le super flic, avec Jack Bauer ? Les amateurs de la série TV ne seront pas dépaysés en lisant le roman de Frédéric Mars. On visualise parfaitement ce que les Marcheurs pourrait donner en film ou en série, ça fonctionne, c’est millimétré pour.

Pourtant ça n’a pas aussi bien fonctionné avec moi que 24h chrono. Je n’ai pas retrouvé dans les Marcheurs, cette tension dramatique qui me faisait passer des nuits blanches à enchaîner ce qui devait être les heures les plus sombres des Etats-Unis. Ca a manqué pour moi de peur et de pleurs, d’incompréhension, de colère et de résignation, d’énergie du désespoir et de courage. Plus que les soubresauts de l’enquête et son lot de considérations complotistes et géopolitiques, c’est des victimes de cette folie que j’avais envie qu’on me parle. Comment vit-on quand un beau matin on sait que notre vie ne tient qu’à un détonateur ? Comment vit-on quand on découvre que l’un de nos proches est devenu un marcheur ?

Finalement, le livre que j’espérais, un autre l’a écrit et je ne m’en rends compte que maintenant. L’histoire que j’aurais aimé lire c’est un peu celle de l’Aveuglement de José Saramago. Et finalement, ce que j’aimais dans 24h chrono c’était cet aspect humain, en marge de l’intrigue mais qui pour mon plaisir à moi était absolument central, comme chez Saramago. Je ne vais certainement pas reprocher à un auteur de ne pas avoir écrit le livre que j’avais en tête ! Surtout que dans son genre, Les marcheurs est une vraie réussite et qu’il plaira à tous les amateurs de thrillers politiques. De mon côté, j’ai juste pris un peu moins de plaisir à le lire que je ne l’espérais…


L’ESSENTIEL

Couverture Les marcheurs de Frédéric Mars

Couverture Les marcheurs de Frédéric Mars

Les marcheurs
Frédéric MARS
Editions Ring / La Mécanique générale
Sorti en poche le 26/04/2018
720 pages

Genre : thriller politique
Plaisir de lecture : ❤❤❤
Personnages principaux : Sam Pollack et sa fille Grace, Liz McGeary sa collègue
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : L’Aveuglement de José Saramago, Khalil de Yasmina Khadra

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

9 septembre, Manhattan. Un homme ordinaire reçoit une enveloppe anonyme et se met à marcher en direction du métro. À peine s’est-il arrêté sur le quai de la station qu’il explose, semant la mort autour de lui. Très vite, les mises en marche et explosions de ce genre se multiplient à une allure folle. Sam Pollack et Liz McGeary, les deux agents chargés de l’enquête, doivent admettre qu’ils sont confrontés à une attaque terroriste d’une envergure inouïe. Une attaque non revendiquée et d’autant plus difficile à contrer qu’elle transforme des innocents en bombes humaines, faisant d’eux les agents de ce scénario apocalyptique. Tous se sont vu implanter un pacemaker piégé dans les deux dernières années. Tous reçoivent ces fameuses enveloppes kraft et se mettent à marcher. S’ils s’arrêtent, la charge explosive se déclenche, où qu’ils soient, quels que soient leur âge, leur sexe et leur couleur de peau. La cavale sans fin de ceux qu’on appelle les marcheurs de la mort ne fait que commencer.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Les marcheurs

  1. Si vous avez adoré 24h chrono
  2. Si vous avez un faible pour les théories du complot
  3. Si vous cherchez un thriller politique vraiment efficace

3 raisons de ne pas lire Les marcheurs

  1. Si vous êtes vite perdu avec les jargons de la NSA et du FBI
  2. Si vous vous intéressé plus aux victimes qu’à leurs bourreaux
  3. Si la géopolitique et la technologie ne vous intéressent pas particulièrement
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *