Né d’aucune femme fait partie de cette longue liste de livres que je n’ai pas eu envie de lire à leur sortie et dont la médiatisation extrême m’a tenue à distance un bon moment.

Né d'aucune femme de Franck Bouysse (Editions La Manufacture de livres)

Né d’aucune femme de Franck Bouysse (Editions La Manufacture de livres)

Et puis la version audio est sortie, interprétée par une narratrice éblouissante, Cachou Kirsch, découverte avec Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur et un narrateur non moins talentueux, Simon Duprez découvert avec la version audio de Mon père. Autre motivation : ce roman a obtenu le Grand prix des lectrices Elle l’an dernier dans la catégorie Policier et il faut bien l’admettre, j’ai rarement été déçue par le choix de nos aînées. Je me suis donc lancée dans l’écoute de ce titre dont je m’étais tenue éloignée le plus possible à tel point que je ne savais pas de quoi il parlait et c’est encore dans cette posture de découverte totale que ce roman se savoure le mieux.

Né d’aucune femme est, selon moi, un roman d’atmosphère dans la mesure où l’auteur de ne se contente pas de nous raconter une histoire mais nous la fait vivre, sentir et toucher du doigt. C’est oppressant, bouleversant, dérangeant, troublant, rageant, écœurant et… je vais m’arrêter là dans les adjectifs verbaux sinon je sens que je vais vous perdre. Mais s’il y a une chose à retenir de ce livre c’est malgré tout cette atmosphère très pesante (promis, cette fois j’arrête !). Avec un peu de recul, je pourrais la comparer à ce qui se dégage de La servante écarlate. Je suis peut-être une petite lectrice trop sensible mais j’ai été obligée à un moment d’interrompre mon écoute parce que j’étais en train de déjeuner et que cette histoire était sur le point de me couper l’appétit.

Je possédais encore un corps avec des bras, des jambes et une tête pour penser, mais en vrai j’étais morte, enfermée, bien décidée à laisser fondre le dedans de ma tête pour qu’on puisse plus rien me prendre.

Comment ne pas s’identifier à Rose quand on est une femme ? Comment ne pas s’imaginer à sa place ? C’est impossible ! Je ne suis pas là pour dévoiler plus l’intrigue de ce livre que ne le fait la 4e de couverture, aussi, je me contenterai de dire que si vous vous lancez dans la lecture de Né d’aucune femme, attendez-vous à être sacrément secoué. Passionné par ce que vous lirez mais vraiment secoué !


L’ESSENTIEL

Couverture de Né d'aucune femme de Franck Bouysse

Couverture de Né d’aucune femme de Franck Bouysse

Né d’aucune femme
Franck BOUYSSE
Editions La Manufacture de livres en GF, Audiolib en audio
Sorti le 22/08/2018 en GF, le 13/02/2019 en audio et le 28/08/2019
334 pages (9h09 d’écoute)
Lu par Cachou Kirsch et Simon Duprez

Genre : roman noir
Personnages : Rose, Edmond, Charles et sa mère
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤❤
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : La servante écarlate de Margaret Atwood, Mon père de Grégoire Delacourt, Les démoniaques de Mattias Köping, Summer de Monica Sabolo

 

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

« Mon père, on va bientôt vous demander de bénir le corps d’une femme à l’asile.

– Et alors, qu’y a-t-il d’extraordinaire à cela ? demandai-je.

– Sous sa robe, c’est là que je les ai cachés.

– De quoi parlez-vous ?

– Les cahiers… Ceux de Rose. »

Ainsi sortent de l’ombre les cahiers de Rose, ceux dans lesquels elle a raconté son histoire, cherchant à briser le secret dont on voulait couvrir son destin. Franck Bouysse, lauréat de plus de dix prix littéraires, nous offre avec Né d’aucune femme la plus vibrante de ses oeuvres. Avec ce roman sensible et poignant, il confirme son immense talent à conter les failles et les grandeurs de l’âme humaine.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Né d’aucune femme

  1. Parce que vous brûlerez d’envie de percer le secret qui se cache dans les lettres de Rose
  2. Parce qu’une fois lancé, rien ne pourra vous arrêter
  3. Parce que Franck Bouysse est un conteur fabuleux

3 raisons de ne pas lire Né d’aucune femme

  1. Parce qu’il est d’une dureté féroce
  2. Parce qu’on ne veut pas imaginer qu’une telle histoire soit possible
  3. Parce que vous pensez être trop sensible pour encaisser ça
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *