Le bureau, les collègues, les conf calls vous manquaient ? J’ai ce qu’il vous faut pour vous faire passer très vite l’envie de replonger dans le monde impitoyable de l’entreprise. Avec Organigramme, Jacques Pons nous livre un thriller déjanté dans un lieu feutré : celui d’une entreprise du luxe.

Organigramme de Jacques Pons (éditions Hugo Thriller)

Organigramme de Jacques Pons (éditions Hugo Thriller)

Talons aiguilles et costards dernier cri s’y croisent et s’épient. Les seconds couteaux envient la place des N-1 tout en craignant d’attirer l’attention du big boss. Chez Louis Laigneau pas de 35h ni de RTT mais plutôt des burn-outs à la pelle et des nocturnes en pagaille. Malgré l’ambiance survoltée de ce temple du bon goût et la fatigue accumulée depuis les derniers défilés, tous les employés (ou presque) se réjouissent à l’idée d’aller passer un week-end à Marrakech pour un séminaire de créativité avec neurones chauffés à blanc. Esclavagisme moderne quand tu nous tiens…

Pourtant le week-end de jus de cerveaux ne va pas se passer tout à fait comme Angelo Bertani, le Pdg, l’avait imaginé. Disparition mystérieuse, soirée de gala qui tourne à la catastrophe et même meurtre vont faire partie des festivités. Dès lors le retour à Paris ne suffira pas à retrouver une vie normale chez Louis Laigneau. Quelqu’un en veut à la société toute entière mais qui ? et pourquoi ?

A force d’exécuter sans réfléchir, les neurones se grippent.
Angelo, Sophie et tout l’état-major de cette armée d’ovins bêlant à l’unisson ont longtemps su entretenir l’illusion la plus grisante qui soit : « Chacun de vous contribue à l’effort collectif, par la singularité de son parcours et par la richesse de sa personnalité. »

Je n’ai jamais autant aimé les entreprises avec leur Codir, leurs Directeurs de tout et de n’importe quoi, leurs réunions stériles, leurs promotions canapés, leurs jeunes diplômés lessivés à peine formés que depuis que j’ai quitté ce monde enchanteur. Alors maintenant je m’amuse à lire des romans sur cet univers (im)pitoyable, ça doit être mon côté sadique qui s’exprime. A ce titre, je me suis régalée à suivre l’organisation de ce séminaire qui m’en rappelle tant d’autres, ces réunions au sommet de pantins à la botte du patron et les discussions entre jeunes recrues aux dents longues. Quand on est spectateur de telles scènes il y a de quoi se régaler à pointer du doigt toute la stupidité de telles organisations.

Malheureusement pour moi, l’auteur a choisi vers le milieu du roman de changer d’univers, nous emmenant dès lors dans les banlieues parisiennes. Dès cet instant, je n’ai plus réussi à accrocher : ça n’est pas ce que j’étais venue chercher dans ce livre, ça n’est pas ce que j’avais envie de lire à ce moment-là. Après avoir tenu toutes ses promesses au démarrage, voilà que ce livre m’a finalement bernée. Pour quoi ? Rien de tangible ni d’intéressant en plus ! Déjà que le roman est bourré d’invraisemblances mais en plus quand on découvre qu’on aurait pu totalement supprimer les passages sur la racaille des quartiers sans rien perdre en intrigue ni en dénouement forcément il y a de quoi râler. Je râle car j’ai lu 400 pages dont plus d’une centaine totalement inutiles. A choisir, j’aurais bien pris une centaine de pages en plus sur la DRH inhumaine, le syndicaliste qui fait dans son froc, le Dir com totalement transparent et, le fin du fin, le bras droit du patron qui n’est autre qu’un agent de sécurité pas très rassurant. Un drôle d’Organigramme que ce roman pas très corporate…


L’ESSENTIEL

Couverture d'Organigramme de Jacques Pons

Couverture d’Organigramme de Jacques Pons

Organigramme
Jacques PONS
Editions Hugo Thriller en GF et Pocket en poche
Sorti le 20/09/2018 et prévu pour le 04/06/2020 en poche
379 pages 

Genre : thriller social
Plaisir de lecture : ❤❤❤
Personnages : Angelo, Sophie, Marek, Jean-Etienne, Emmanuel, Victor, Diana, Yasmina…
Recommandation : moui
Lectures complémentaires : Madame d’Alix Laine, Les actes de Cécile Guidot, Le diable s’habille en Prada de Lauren Weisberger, Gourou(e) de Murielle Renault

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

La vision sans exécution n’est qu’hallucination.

Telle est la devise du célèbre patron de la Maison Louis Laigneau, fleuron du luxe français. Martelée en chaque occasion, de séminaires de créativité entre beautiful people en conference calls des membres du CoDir, elle va également devenir celle d’un tueur dont le seul but est d’anéantir de façon brutale, méthodique et cruelle l’intégralité de l’entreprise et de ses salariés.

Quelles sont ses motivations? Quelles sont réellement ses cibles? Pourquoi un tel déferlement de haine froide?

Une chose est sûre: rien ni personne ne sera épargné dans la réalisation de ce mortel projet.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Organigramme

  1. Si le monde cruel de l’entreprise vous fascine
  2. Si enfant vous adoriez jouer à Qui est-ce ?
  3. Si vous aimez les thrillers qui se lisent très facilement

3 raisons de ne pas lire Organigramme

  1. Si vous tiquez quand des scènes vous paraissent invraisemblables
  2. Si vous ne supportez pas quand une histoire se perd en chemin
  3. Si les galeries de personnages vous intéressent plus que de connaître l’identité du tueur
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *