Je peux vous compter sur les doigts de la main les romans dans lesquels je suis entrée avec une facilité déconcertante. Le dernier était Le douzième chapitre de Jérôme Loubry, un vrai bijou. Enfin, je peux dire désormais l’avant-dernier puisque La chute de la maison Whyte de Katerina Autet vient de m’apporter à son tour ce vrai bonheur de lecture.

La chute de la maison Whyte d' Katerina Autet (éditions Robert Laffont)

La chute de la maison Whyte d’ Katerina Autet (éditions Robert Laffont)

En tant que lectrice je jubile quand l’entame d’un roman est aussi prometteuse. J’aime me sentir immédiatement comme chez moi et je peux dire que j’ai de suite adopté la famille Whyte, ces super riches que l’argent n’a pas mis à l’abri des rancœurs de la fille aînée, de la mise en examen du fils prodige et surtout du meurtre du père. Chez les Whyte, les scandales couvent et l’assassinat du patriarche aura tôt fait de les déterrer les uns après les autres.

Ce qui marche merveilleusement bien dans ce titre inspiré de La chute de la maison Usher d’Edgar Allan Poe, c’est l’alternance des chapitres consacrés à des passages du livre d’Edith, la fille aînée des Whyte qui a décidé de régler ses comptes avec sa famille, avec ceux relatifs à l’enquête sur la mort du père. Bien évidemment, le livre a été écrit avant l’assassinat du doyen mais ce qu’il révèle vient éclaircir certaines zones d’ombre sur les mobiles qui auraient pu mener au meurtre de l’homme d’affaires. On navigue à vue entre secrets de famille et pistes qui se dessinent au fur et à mesure des révélations. C’est tout simplement jubilatoire.

– Savez-vous ce qui est le plus dur, dans les enquêtes criminelles comme dans la pratique du droit pénal ?
– Non.
– C’est l’humain. Le fait de comprendre. Bien sûr, voir des corps éventrés, des enfants mutilés, cela vous fend le coeur, mais là, au moins, vous savez où vous en êtes. Vous êtes celui qui va attraper le monstre qui a commis ce crime atroce et vous allez le mettre derrière les barreaux pour le reste de ses jours ou même sur la chaise électrique, si vous pouvez. Il n’y a pas de doute en vous. Ce qui est pire, c’est quand vous comprenez pourquoi une femme battue a tué son mari violet, pourquoi un vieil homme aimant a euthanasié son épouse qui souffrait atrocement. Vous comprenez, mais vous devez néanmoins faire votre travail et les envoyer en prison. Ce sont ces cas-là que vous ne pouvez pas vous sortir de la tête. Est-ce que la société se porte mieux maintenant que la femme battue, violée et abusée se trouve derrière les barreaux ?

Comme dans tout bon thriller, on pense rapidement avoir débusqué l’assassin avant de se rendre compte que l’on a fait complètement fausse route. Mais c’est fait avec une telle habileté et un tel sens de la narration que l’on en redemande. Je n’avais pas été totalement séduite par le précédent lauréat du Grand prix des enquêteurs mais cette fois, je me range totalement du côté du jury : c’est un sans fautes. Vivement les prochains romans de Katerina Autet, surtout qu’elle ne s’arrête pas en si bon chemin.


Vente en ligne pochettes de livres


L’ESSENTIEL

Couverture de La chute de la maison Whyte de Katerina Autet

Couverture de La chute de la maison Whyte de Katerina Autet

La chute de la maison Whyte
Katerina AUTET
Editions La Bête noire, Robert Laffont
Sorti le 17/09/2020 en GF 
312 pages 


Genre : thriller domestique
Personnages : William Whyte, le père, Edith la fille aînée, Skip le fils, Caroline la cadette et Zach, l’ami de Skip
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤❤
Recommandation : oui
Lectures complémentaires : Le douzième chapitre et Les refuges de Jérôme Loubry, L’empathie et Fermer les yeux d’Antoine Renand, La loi des hommes de Wendall Utroi, Victor Kessler n’a pas tout dit de Cathy Bonidan

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

Les secrets de famille tuent plus sûrement qu’une arme.

Cape Cod, ses belles villas aux bardages de bois, ses millionnaires discrets qui par-dessus tout ont peur du scandale… Mais, justement, le scandale fait vendre. Bien qu’elle s’en défende, c’est ce qu’Edith Whyte a en tête lorsqu’elle publie un livre accusant son célèbre père, grand patron des arts, de crimes inimaginables.
Père et fille n’ont pas le temps de s’expliquer : William Whyte est retrouvé assassiné et le frère d’Edith est accusé du meurtre.
Tandis que la famille se déchire, la bonne société bruit des rumeurs les plus folles…


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire La chute de la maison Whyte

  1. Parce que l’auteure nous embarque immédiatement dans son histoire
  2. Parce que les secrets révélés dans le livre d’Edith sont passionnants
  3. Parce que c’est un thriller particulièrement maîtrisé

3 raisons de ne pas lire La chute de la maison Whyte

  1. Certains rebondissements s’enchaînent de manière un peu saccadée
  2. Le dénouement reste malgré tout assez prévisible
  3. La fin tombe trop rapidement à mon goût
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *