Quelle surprise ! Que d’étincelles ! Blood Orange est un thriller domestique particulièrement addictif mais aussi un excellent candidat pour une lecture audio passionnante !

Blood Orange de Harriet Tyce (éditionsLizzie)

Blood Orange de Harriet Tyce (éditionsLizzie)

La seule raison qui m’ait poussé à écouter ce livre c’est le choix de la narratrice que j’adore et que j’écoute désormais les yeux fermés mais les oreilles bien ouvertes : Cachou Kirsch. Je crois qu’elle pourrait me lire l’intégral de Christine Angot que j’y trouverais de l’intérêt – enfin façon de parler et de toute façon Angot est lu par Angot, alors ça règle le problème !

Pour en revenir à nos moutons, je dois à la narratrice les merveilleuses heures d’écoute que je viens de passer en compagnie de Blood Orange. Ce thriller domestique m’a captivée de la première à la dernière ligne.

On suit les (més)aventures d’Alison Wood, brillante avocate pénaliste qui voit son heure de gloire arriver au moment où on lui confie sa première affaire de meurtre. Elle travaillera sur ce dossier de concert avec Patrick, un juriste à la réputation sulfureuse dont elle a fait son amant. Mais alors que leur cliente, accusée du meurtre de son mari, leur relate les faits et la relation toxique qu’elle entretenait avec son défunt époux, des actes isolés, des petites choses insignifiantes en apparence mettent Alison mal à l’aise. Il peut être difficile de regarder la réalité en face quand on passe son temps à la fuir…

 Tu es là, tu te fais prendre en photo devant le Parthénon, tu tiens ton chéri par la main, et l’instant d’après tu le poignardes à mort avec un couteau de cuisine. Franchement, quand tu y réfléchis, ça pourrait arriver à n’importe laquelle d’entre nous.

Ce roman réunit toutes les qualités des premiers titres de Douglas Kennedy : un sens de l’intrigue et de la relance, une dose d’extraordinaire dans le banal, des choix lourds de conséquences, le sort qui s’acharne, les questionnements intérieurs, cette spirale infernale qui vous fait penser que rien ne peut vous arriver de pire jusqu’à ce que l’auteur vous démontre le contraire. Harriet Tyce, avocate pénaliste et auteure de ce premier roman, tisse avec patience une toile autour de ses personnages, les prenant l’un après l’autre au piège jusqu’au dénouement que l’on ne voit pas venir. C’est très bien fait, c’est addictif et même jouissif en audio.

Ce thriller semble avoir reçu un accueil tiède que je ne m’explique pas vraiment à moins que la magie que j’ai ressentie tient dans le fait que cette histoire passe surtout très bien en audio, avec une narratrice qui pourrait lire du Angot mais a le bon goût de lui préférer Harper Lee, Jane Austen mais aussi Franck Bouysse (Né d’aucune femme) et bien d’autres encore dont un titre en compétition pour Le prix Audiolib 2020. Vous êtes donc prévenu : vous allez encore m’entendre parler de Cachou Kirsch très bientôt !


L’ESSENTIEL

Couverture de Blood Orange de Harriet Tytce

Couverture de Blood Orange de Harriet Tytce

Blood Orange
Harriet TYCE
Editions Robert Laffont, La bête noire
Sorti en GF le 02/10/2019
400 pages

 

Genre : thriller domestique
Plaisir de lecture : ❤❤❤❤❤
Personnages : Alison Wood, Carl, Patrick, Madeleine
Recommandation : oui
Lectures complémentaires :  Les désarrois de Ned Allen , Une relation dangereuse et Les charmes discrets de la vie conjugale de Douglas Kennedy, Une certaine Annie de P.J Vernon, La vie dont nous rêvions de Michelle Sacks, Dans son silence d’Alex Michaelides, Anatomie d’un scandale de Sarah Vaughan, Je t’aime de Barbara Abel

 

RÉSUMÉ DE L’EDITEUR

Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l’humilie tout autant qu’il se sert d’elle. Pourtant, Alison n’arrive pas à décrocher.

Quand Patrick lui confie sa première affaire de meurtre, elle se plonge dans l’histoire de sa cliente, Madeleine, qui a poignardé son conjoint d’une quinzaine de coups de couteau. Au fil de leurs entretiens, Madeleine se livre : son mari diluait la pilule contraceptive dans son thé, examinait toutes ses dépenses, prenait toutes les décisions…

Petit à petit, leurs deux vies se font écho. Qui contrôle qui ? Et si, avant de défendre les autres, Alison commençait par se défendre elle-même ?


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Blood Orange

  1. Pour les rebondissements incessants
  2. Parce que vous êtes un fan de Douglas Kennedy
  3. Parce que vous cherchez un thriller domestique vraiment efficace

3 raisons de ne pas lire Blood Orange

  1. Parce qu’il est long à démarrer (un avis très partagé mais pas par moi ceci dit)
  2. Parce qu’en papier les avis sont mitigés (en audio je vous garantis qu’il est très bon)
  3. Parce que le personnage principal, Alison, est tout bonnement insupportable
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *