Premier roman achevé en dix jours d’errance et pourtant quelle déception ! Jusqu’au bout j’ai cru au miracle, parce que c’était édité chez Ring (enfin chez Cosmopolis mais c’est tout comme), parce que c’était Solène Bakowski, la comparse d’Amélie Antoine dans le projet Avec elle/Sans elle. Mais le miracle n’a pas eu lieu, ce qui devait être détonnant et époustouflant, fut finalement assez convenu et sans surprise. Le thriller percutant tant attendu a plutôt cédé la place à un roman feel-good teinté de noir à la sauce 2.0. Bon ok, un feel-good qui tourne quand même vraiment mal mais tout de même…

 

Miracle de Solène Bakowski (éditions Ring Metropolis)

Miracle de Solène Bakowski (éditions Ring Cosmopolis)

Miracle, c’est l’histoire d’un rêve qui naît puis se fracasse sur les réseaux sociaux. Laure Laan a grandi dans le souvenir d’un père héroïque, un navigateur connu de tous pour ses exploits sportifs et pour sa fin tragique sur laquelle plane le mystère. De son père, la jeune femme a hérité l’amour inconditionnel pour l’océan, le large et les embruns. Le jour où on lui annonce qu’elle est atteinte d’une tumeur au cerveau et qu’il ne lui reste que deux à trois ans à vivre, c’est vers la mer qu’elle se tournera pour trouver un sens à cet immense gâchis et puiser le courage de continuer malgré tout. Jusqu’au moment où naît dans son esprit un rêve fou : traverser l’Atlantique en solitaire sur le bateau de son père, le Laurelle. Mais le voilier est en mauvais état et il faut trouver les fonds suffisants pour le restaurer. Alors, sur un coup de tête, Laure se lance dans un appel au don sur Facebook à travers une courte vidéo mal cadrée où elle explique son état de santé et son projet. Rapidement sa démarche va émouvoir les internautes, la vidéo est partagée, devient virale, le rêve prend forme à coup de commentaires enthousiastes, de hashtags de soutien et d’euros collectés. Laure voit éclore un élan de solidarité fulgurant comme seuls les réseaux sociaux en ont le secret. Mais sur les réseaux sociaux, ce qui est adoré un jour peut être haï le lendemain…

Ce matin, Laure s’éveille après un mauvais sommeil. Elle a passé la nuit à patauger dans un marasme d’interrogations, tantôt regrettant d’avoir posté cette vidéo, tantôt pétrie d’excitation à l’idée de découvrir des like voire – Saint Graal – un retweet.

Le harcèlement moral, les ravages des réseaux sociaux, l’intelligence collective de demeurés qui se permettent tout sous couvert de l’anonymat conféré par leur pseudo on connait, on le pratique tous les jours. Dans un registre assez proche – le harcèlement scolaire – Amélie Antoine avait réussi à nous offrir un roman aussi bouleversant que dérangeant avec Raisons obscures. Ce thème avait donc de quoi interpeller et séduire la lectrice avide de sensations fortes que je suis mais c’était sans compter sur un traitement proche du roman young adult où l’on mêle compteur de likes et de followers, hashtags tartes à la crème et commentaires de followers dignes du café du commerce. Pour retranscrire les méfaits des réseaux sociaux, Solène Bakowski s’est appuyée sur leurs principales composantes, ça peut se comprendre mais dans un roman ça passe mal. Difficile de sauver le style quand vous ponctuez votre récit de LOL et de GNA GNA GNA. Il n’y en a pas à toutes les pages fort heureusement mais les quelques incursions m’ont horripilée. Je me suis souvent demandé où j’avais mis les pieds mais certainement pas dans le thriller à l’atmosphère oppressante que je m’étais imaginé.

J’attendais du Ring, je ne l’ai pas trouvé. J’attendais la plume de Solène Bakowski telle que je l’avais appréciée dans Avec elle, je ne l’ai pas trouvée non plus. Alors forcément, je râle. Ceci dit, pour ne pas changer, ma déception porte sur un roman qui a été un énorme coup de cœur pour la majorité de ses lecteurs. Je vais donc encore une fois passer pour la grincheuse de service mais vous en avez l’habitude désormais.


L’ESSENTIEL

Couverture de Miracle de Solène Bakowski

Couverture de Miracle de Solène Bakowski

Miracle
Solène BAKOWSKI
Editions COSMOPOLIS
Sorti le 17/10/2019 en GF 
404 pages

Genre : thriller psychologique
Personnages : Laure Laan, sa mère Claudie, sa soeur Axelle, son petit-ami Thibaut
Plaisir de lecture : ❤❤❤
Recommandation : moui
Lectures complémentaires : Avec elle de la même auteure, les romans d’Amélie Antoine (Raisons obscures, Sans elle, Les silences, Fidèle au poste, Les secrets…)

 

 

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR

La vie de Laure, vingt-et-un ans, s’écroule lorsqu’elle apprend qu’elle est atteinte d’une tumeur incurable au cerveau. Les médecins sont formels : la jeune femme est condamnée. Mais Laure est une battante, et grâce aux réseaux sociaux, récolte des fonds pour se lancer dans un projet fou : celui de traverser l’Atlantique en solitaire. Très vite, les internautes se prennent de passion pour cette jeune malade que d’aucuns voient comme une héroïne des temps modernes. Elle est invitée sur les plateaux de télévision, son périple est suivi sur YouTube par des centaines de milliers d’abonnés. Adulée, elle devient un symbole d’espoir et un modèle de courage. Dans sa course contre la montre, Laure pense avoir trouvé un sens à sa vie, mais une question parmi d’autres se pose : quel est le prix d’un miracle ?

Conduite pied au plancher, Miracle est l’histoire aux rebondissements en rafale d’une chute libre dans l’enfer des réseaux sociaux, qui va emporter Laure au cœur de la nuit, loin, beaucoup trop loin… Là où le lecteur n’a plus de répit.


TOUJOURS PAS CONVAINCU ?

3 raisons de lire Miracle

  1. Parce que la grande majorité des lecteurs ont adoré ce roman
  2. Parce que le thème est totalement d’actualité
  3. Parce que ça se lit très facilement

3 raisons de ne pas lire Miracle

  1. Parce que le style souffre des incursions d’échanges sur les réseaux sociaux
  2. Parce que l’histoire est d’une grande banalité
  3. Parce que côté thriller, on est assez léger
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *